1 semaine sur l’île de Ténérife aux Canaries

Cette destination devrait ravir les frileux des voyages long-courriers et qui veulent en prendre plein la vue avec des paysages variés et spectaculaires. Ténérife se dresse fièrement aux milieux des îles Canaries au large des côtes marocaines. Sa superficie réduite rend aisé les déplacements avec des routes en très bon état. Voilà quelques facettes de cette île volcanique pour éveiller votre curiosité.

Flâner dans les villes coloniales

Ténérife possède 3 villes coloniales hautes en couleurs. C’est le cas de le dire car on est bien loin des villages blancs de l’île voisine Lanzarote. Ici les façades se succèdent comme un vrai arc en ciel : jaune, rouge, bleu, vert. Même sous un temps maussade cela égaye l’atmosphère. La Laguna, la plus grande des villes et classée au patrimoine mondial de l’Unesco, est la plus animée. Une longue rue commerçante fait le lien entre des places bordées de cafés et de végétation. Observer le travail des portes et des balcons en bois, on est bien loin de l’HLM !

                                                

Il en va de même pour Garachico, village plus modeste en bord de mer. Autrefois florissant, il a décliné suite à une éruption en 1706. Sur le front de mer, des piscines naturelles ont été aménagées dans la roche noire volcanique. Flâner dans les rues et observer le couvent de San Fransisco, le fort Castillo San Miguel ou encore l’église Santa Ana.

                                           

                                               

Vous pouvez faire également un saut non loin de là à Icod de los vinos pour admirer un dragonnier qui pousse en ces terres depuis plus de 600 ans. Respect !

Dernier village, celui de la Orotava à flanc de montagne. Les rues sont escarpées et des points de vue sur la côte jalonnent la ville. De magnifiques jardins apportent de la quiétude comme le jardin botanique derrière la mairie ou le jardin de Victoria del Marquesado de la Quinta roja.

                                              

Arpenter le volcan Teide

C’est le must de l’île ! Le Teide est omniprésent et on peut presque voir son sommet de partout dans l’île. Il se dresse fièrement et est souvent au-dessus d’une mer de nuages. Le parc national est un vaste champ de lave de toutes les textures, de toutes les couleurs. De nombreux sentiers sillonnent le parc. On peut aisément y passer 2 journées pour s’imprégner de ce paysage lunaire. La balade de Roques de Garcia une des plus populaires, contournent des amas rocheux : on se croirait dans l’ouest américain. Pour les plus courageux, une randonnée affronte les flancs du volcan pour se hisser à son sommet. Les moins courageux utiliseront le téléphérique. De là-haut on se rend mieux compte de l’étendue de la caldeira et de la puissance minérale.

Une autre vue assez remarquable du Teide peut se faire lors d’une balade à l’extérieur du parc. Il faudra partir de San José de los llanos pour rejoindre 4 km plus loin après avoir traversé une forêt de pins, le petit volcan de Chinyero. Version XXS du Teide il n’en est pas moins admirable. Et pour couronner le tout vous aurez une vue magnifique sur le pic du Teide. Mais chut il ne faut pas trop ébruiter l’info !

                                             

Sillonner les parcs nationaux (Teno – Anaga)

2 autres parcs nationaux concurrencent celui du Teide. Le premier, l’Anaga, se situe à l’extrême nord de l’île tandis que le 2ème, le Teno, se situe sur la côte sud-ouest. Que ce soit l’un ou l’autre ils sont tous les 2 réputés pour leurs sentiers de randonnée. Tous les 2 ont un relief découpé qui vient plonger dans l’océan.

Côté Teno, le village star est celui de Masca avec son pic en arrière-plan. Ce petit village tout petit est dans un cadre très joli. Pour y accéder la route en lacets vaut à elle seule le détour. Attention car pour s’y garer cela peut être mission impossible étant donnée la taille du parking. Une randonnée part de ce village à travers d’étroites gorges pour déboucher sur la mer. Elle est parfois fermée pour cause d’éboulements.

Le parc national de l’Anaga est parsemé de forêts qui peuvent être fantomatiques un jour de brouillard. De nombreux points de vue surplombent l’océan un coup à l’est un coup à l’ouest. Vous pourrez descendre jusqu’au village de Taganana pour vous restaurer. Des plages de sable gris et de galets jonchent ce littoral.

                                           

Profiter de la côte et de la mer

N’oublions pas que nous sommes sur une île, et qui dit île, dit mer. De nombreuses plages vous permettront de piquer une tête si l’envie vous en dit. Elles sont principalement concentrées sur la côte sud. Malheureusement les alentours sont urbanisés à outrance. La plage des Teresitas dans le nord donne un peu moins cette impression.

Si vous n’avez pas envie d’enfiler votre maillot il est possible d’aller faire un tour en bateau. Les eaux de la côte sud est le fief de nombreuses espèces de cétacés. Des excursions vous proposent d’aller observer les dauphins jouer dans les vagues. Le spectacle est magique. Vous naviguerez le long d’impressionnantes falaises, « Los Gigantes » qui prennent une teinte orangée au coucher du soleil.,.

                                             

                                              

Quand y aller : Le point fort des Canaries c’est que l’on peut y aller toute l’année : le printemps est éternel. Méfiance cependant l’hiver, les températures extérieures ne sont pas toujours propices à la baignade (l’océan est frais), alors ne pas choisir cette période pour faire que du farniente. 2ème méfiance : régulièrement lorsque l’on visite l’île on se retrouve en altitude, il y fait donc plus frais. 3ème méfiance : il y a des micro climats sur l’île : le sud est généralement très ensoleillé alors que le nord-ouest est souvent sous les nuages bloqués par le volcan.

Comment y aller : Si l’on vient de métropole de nombreuses compagnies low-costs ont des vols directs (3h30) depuis Paris ou d’autres grosses villes. Si l’on vient d’autres îles des Canaries il existe des liaisons aériennes ou maritimes.

Budget : C’est une destination très abordable. Bien sûr les tarifs peuvent faire le grand écart surtout pour les billets d’avions. Un vol aller-retour hors vacances scolaire peut se situer autour de 100€, Pour diminuer les coûts vous pouvez louer des studios pour vous faire à manger (à partir de 60€/nuit). Pour 1 semaine une location de voiture avoisinera les 150€. Mais vous pouvez aussi trouver des formules all-inclusives via des agences pour des prix défiant toute concurrence. Le bémol ? Vous serez situé sûrement sur la côte sud bétonnée, et pour rayonner ce n’est pas le plus stratégique.

La langue : L’espagnol !

Combien de temps : Il est tout à fait possible de voir les principaux sites en 1 semaine. Si vous voulez consacrer du temps à buller sur la plage ou au contraire crapahuter dans les nombreux sentiers de randonnées vous pouvez bien y séjourner 2 semaines.

Et les enfants dans tout ça ?

Destination pour enfant : La destination est très facile avec des enfants. Si vous êtes plages et parcs d’attractions la côte sud est faite pour vous. Si vous voulez barouder un peu plus les distances entre les sites d’intérêts sont assez courtes. Niveau sécurité et alimentation vous pouvez y aller les yeux fermés. La température est douce toute l’année et s’il fait trop chaud prenez un peu de hauteur pour perdre des degrés. Il faudra juste faire attention à l’altitude. Le téléphérique pour rejoindre le sommet du volcan est ouvert seulement aux enfants de plus de 3 ans. A part ça le reste est accessible. Bref tout est combiné pour passer des vacances dépaysantes sans prendre de risques !

Décalage horaire : -1h (hiver)

Note Destination : 4,5/5

Note Trajet : 4,5/5

Note Sécurité : 4,5/5

Note Globale : 4,5/5

A emporter : Vous trouverez tout sur place. Prévoyez des tenues chaudes si vous voulez visiter le parc national du Teide. En haut du volcan les températures avoisinent 0°C, alors quand le vent est de la partie le T-shirt est un peu juste.

Et oui !

Il ne paraît pas, mais le Teide est le 3ème volcan le plus haut et le plus volumineux de la planète, rien que ça alors que l’île de Ténérife n’est pas si grande. Même s’il a l’air bien calme il ne faut pas s’y fier. La dernière éruption a eu lieu en 1909 (Chinyero) et depuis, rien ! Mais de nombreux tremblements de terre pas forcément ressentis, attestent que le monstre qui y sommeille pourrait bien se réveiller.

Instagram